Appui à la Gouvernance au Projet de Foresterie Communautaire

PHOTO_01

  1. Contexte

Le projet découle de la longue expérience du Centre Africain de Recherches Forestières Appliquées et de Développement (CARFAD) en foresterie communautaire. En effet, son implication dans plusieurs initiatives au niveau des communautés villageoises lui a permis de constater de nombreux dérapages liés à la mal gouvernance dans les forêts communautaires à savoir : le non-respect des lois et textes règlementaires, l’ignorance des communautés sur les procédures d’obtention de certains documents d’exploitation, la mauvaise gestion des revenus issus des forêts, les conflits récurrents entraînant parfois des morts d’hommes, etc.).

C’est en vue de combattre l’exploitation et la commercialisation illégales du bois ainsi que la pauvreté qu’a été développé le présent projet qui s’intitule : « Appui à la gouvernance au projet de foresterie communautaire pour combattre la pauvreté dans le Diocèse de Batouri », grâce aux contributions techniques et financières de la FAO et de l’Union Européenne à travers le Programme d’appui relatif à l’application des réglementations forestières, à la gouvernance et aux échanges commerciaux pour les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Programme d’appuiACP-FLEGT).

Le projet visait à amener les communautés forestières à produire et à commercialiser du bois légal pour lutter contre la pauvreté.

  1. Bénéficiaires

Le projet a été exécuté dans la zone de Batouri, chef-lieu du Département de la Kadey, Région de l’Est-Cameroun et avait concerné directement 26 forêts communautaires (FC).

  1. Objectifs du projet

Le projet visait l’amélioration de la gouvernance dans le cadre de la mise en œuvre des Plans Simples de Gestion de 26 forêts communautaires dans le Diocèse de Batouri.

Les objectifs spécifiques étaient les suivants :

  • mettre en place une fédération regroupant 26 forêts communautaires dans le diocèse de Batouri ;
  • renforcer les capacités des communautés membres de la fédération sur la maîtrise des textes juridiques et réglementaires, sur les exigences liées à l’accord de partenariat volontaire (APV), sur la gestion des revenus et sur la conception/réalisation des micro projets de développement communautaire ;
  • tester la grille de légalité FLEGT dans les forêts communautaires en exploitation de la fédération et proposer si nécessaire des amendements de celle-ci à soumettre au comité national des parties prenantes de l’APV.
  1. Partenaires du projet

En plus du CARFAD qui est responsable principal du projet, les partenaires suivants ont été impliqués : le Réseau de Foresterie Communautaire (RFC), le Comité Diocésain d’Actions Socio-Caritatives (CODASC) du Diocèse de Batouri et le Catholic Relief Services (CRS-Cameroon).

  1. Budget du Projet

Le montant de la contribution financière s’élevait à 107 000 $.

  1. Résultats obtenus du projet

  • Les communautés sont mieux outillées sur le processus APV-FLEGT à travers la distribution de 2000 dépliants, le collage de 400 affiches, la projection de 04 films documentaires sur le FLEGT et la tenue de 27 réunions de sensibilisation dont 01 à Batouri et 26 dans les villages. Ces réunions ont aussi permis d’expliquer aux communautés la nécessité de se regrouper au sein d’une fédération pour accroître leur pouvoir de négociation;
  • Une fédération de forêts communautaires a été mise en place sous le nom de «  Association des Forêts Communautaires de la Kadey » en abrégé « ASFOCKA », à l’issue d’une assemblée générale au cours de laquelle les responsables de gestion de la fédération ont été désignés, les textes de fonctionnement rédigés et validés par les participants. Le récépissé de déclaration de la fédération a été signé par le Préfet de la Kadey. Le bureau d’ASFOCKA se trouve à Batouri. Il est équipé entre autres d’un ordinateur portable, d’une imprimante, des tables et des chaises. Le site web de la fédération a été créé. Il est consultable sur fr1.asfocka.org;
  • Les capacités de 52 gestionnaires des forêts communautaires ont été renforcées sur : i) la maîtrise des textes législatifs et réglementaires qui régissent les forêts communautaires, ii) la rédaction administrative notamment les procédures d’obtention et de renouvellement des certificats annuels d’exploitation (CAE), iii) les techniques d’aménagement des forêts communautaires, iv) la gestion des conflits, v) la gestion des revenus tirés de l’exploitation des forêts communautaires ; vi) les techniques de négociation des contrats de partenariat et vii) la conception/réalisation des projets de développement communautaire;
  • Deux tests de légalité ont été réalisés dans les forêts communautaires en exploitation à travers les entretiens et la consultation des documents ; ce qui a permis d’avoir une idée plus précise sur le fonctionnement des forêts communautaires et les contraintes relatives à la mise en oeuvre de la grille de légalité. Ainsi ces tests ont permis de déceler parmi les nombreux vérificateurs, les atouts, les avancées significatives et les difficultés/contraintes liés à l’application de la grille de légalité;
  • Les différentes activités du projet ont été diffusées à travers les médias audio (Radio Environnement, Radio Communautaire de Batouri, Cameroon Radio and Television Poste National) ; les médias visuels (Cameroon Radio and Television,ArianeTelevision) et les médias écrits (le quotidien Le Jour, Cameroon Tribune). Une émission a été produite en décembre 2010 et diffusée à travers les ondes de Radio Environnement. Une seconde émission a été produite en décembre 2011 et diffusée à travers les mêmes canaux de communication. Les activités du projet sont diffusées à travers le site internet de l’ASFOCKA et consultable sur fr1.asfocka.org. Les activités du projet sont enfin diffusées à travers la production d’un document de capitalisation des résultats du projet.